La Communauté de Communes Coeur Haute Lande

La Communauté de Communes Coeur Haute Lande
Initié par les élus, le projet de transition énergétique de la Communauté de Communes de la Haute Lande est né des suites de la tempête KLAUS qui avait ravagé ce territoire forestier en 2009.

Démarchés par de nombreux opérateurs en énergies renouvelables, proposant aux communes touchées de mettre en place des éoliennes ou des fermes photovoltaïques sur les parcelles dévastées, les élus locaux décidèrent d'étudier de plus prés le développement de ces nouvelles technologies, en particulier grâce à un voyage d'étude en Allemagne, pays pionnier sur le sujet. 

Ils prirent alors conscience de l'importance du développement de ces énergies et des avantages procurés, que ce soit en termes financiers, écologique, ou de résilience du territoire.
Les propositions des investisseurs exogènes (fonds de pension) ont alors été refusées et les élus ont commencé à concevoir un projet permettant à la collectivité de devenir acteur à part entière de la transition énergétique.

Dans cette optique, le territoire s'est engagé très tôt dans la démarche TEPOS initiée par le CLER (Comité local des énergies renouvelables), qui correspondait aux souhaits des élus. Signataires de la charte TEPOS en 2012, lauréat de l'appel à projet TEPOS de la région Aquitaine la même année, la Communauté de Communes à naturellement postulé à l'AMI (Appel à manifestation) TEPCV du ministère de l'écologie de 2014.

Le projet territorial développé se base sur 3 idées centrales:

  1. Développer la démarche TEPOS en gardant la maitrise des projets, malgré les difficultés financières;
  2. Inclure directement le citoyen dans la démarche.
  3. Développer une économie circulaire basée sur la transition énergétique et bénéficiant à tous les administrés.

 Afin d'atteindre ses objectifs, la Communauté de Communes de la Haute Lande puis la Communauté de Communes Cœur Haute Lande a créé une structure spécifique, chargée de porter les projets de transition énergétique: la SEML TEPOS (Société d’Économie Mixte Locale des Territoires à Énergie Positive).

La SEML a donc pour but de développer les énergies renouvelables, d'assurer la maitrise d'ouvrage des différentes actions prévues pour le compte de la collectivité et de centraliser les revenus issus de la revente d'énergie (à l’opérateur historique dans un premier temps, aux administrés à terme).

Ce faisant la SEML garde la maitrise de la production d'énergie renouvelable en étant propriétaire de tout ou partie des installations.

Suite à la volonté des élus, la SEML inclut les citoyens au sein de son capital (à hauteur de 25%) par la création de la SAS Énergie Citoyenne(à fonctionnement coopératif) permettant aux administrés d’être partie prenante du projet, en bénéficiant de pouvoir décisionnel (2 sièges sur 9 au conseil d'administration).

En étant actionnaire du projet le citoyen peut également, sous la forme de dividendes, bénéficier des retombées économiques issues du développement des énergies renouvelables, permettant à l'argent ainsi généré de rester sur le territoire.

Les principaux axes de travail pertinents sur le territoire sont : 

  • La réduction des consommations énergétique des bâtiments publics, par soucis d'exemplarité;
  • Le développement de production d'énergies renouvelables, pouvant compenser la forte demande énergétique de l'industrie locale (à l'origine de 70% des besoins énergétiques du territoire);
  • Mise en place d'un guichet unique (devenu PRECORENO) pour la rénovation énergétique des logements de particuliers et du réseau d'artisans et entreprises locales pouvant assurer ces travaux;
  • Structuration de filières locales pour l'approvisionnement énergétique (ressources agricoles et forestières) et l'alimentation, en particulier pour les cantines locales;
  • Valorisation des déchets (biomasse, etc...).

Concernant les autres projets...

Nous vous invitons à écouter M. Patrick Sabin, qui les a défendus à l'Elysée, devant Mme Ségolène Royal, Ancienne Ministre de l'Environnement.

 
Si vous ne visualisez pas la vidéo, cliquez ici par elysee